Les troubles de voisinage

La vie en société implique un certain nombre de contraintes, chacun est donc amené à supporter les inconvénients normaux du voisinage. Cependant, pour que cette proximité soit supportable, le législateur a prévu des règles protectrices. En effet, dès que les troubles deviennent anormaux, il est possible d'agir en justice contre l'auteur ou les auteurs des troubles, afin d'obtenir réparation.


Quand commence un trouble de voisinage ?

 

C'est l'excès qui créé le trouble. La gêne ou le préjudice causé par le trouble de voisinage peut être dû à des faits volontaires ou involontaires.

 

 

Si le trouble est involontaire

 

Il faut dans ce cas que le trouble soit anormal pour être réprimé. Ce sont les tribunaux qui déterminent si le trouble est anormal ou non. C'est une question de fait, qui est étudié au cas par cas.

 

 

Si le trouble est volontaire

 

Dans ce cas il-y-a une faute qui est commise par le voisin. Il pourra donc être attaqué sur le fondement de l'article 1382 du Code civil (responsabilité civile : « tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer »). 

 

Les troubles de voisinage les plus fréquents

 
 

Le principal trouble rencontré est celui du bruit. Mais il existe d'autres troubles, tels que les mauvaises odeurs, les fumées, la privation de soleil ou de vue...

 
 
  • Le bruit
 
 
 

Les bruits portant atteinte à la tranquillité du voisinage sont susceptibles de constituer un trouble de voisinage.
On distingue 2 grandes catégories de bruits :

 
 
 

- les bruits domestiques

 

- les aboiements
- la télévision et les appareils de musique
- les outils de bricolage ou de jardinage
- les activités exceptionnelles (ex : fêtes de famille...)
- les appareils électroménagers...

 

 
 

-  les bruits liés à l'activité professionnelle, culturelle, sportive ou de loisir. Les plus fréquents sont les bruits provenant :

 

- d'une discothèque
- d'un restaurant
- d'un cinéma...

 
 

Le caractère excessif des bruits

 
 

Pour qu'il y ait trouble de voisinage, le bruit doit être excessif. Pour les bruits domestiques, le caractère excessif peut être établi à l'oreille. La constatation peut être faite par la police ou la gendarmerie, ou encore par des agents communaux assermentés. Pour les bruits liés à une activité professionnelle, la constatation du trouble doit se faire par un appareil de mesure acoustique. Les personnes capables de mesurer le bruit, sont les services d'hygiène de la mairie ou de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales.

 
 
  • Les odeurs
 
 

Les odeurs et fumées constituent des troubles, lorsque celles-ci excèdent les inconvénients normaux du voisinage.

 
 

Exemples d'odeurs créant un trouble de voisinage :     

 
 

- odeurs de cuisine d'un restaurant situé au rez-de-chaussée d'un immeuble
- mauvaises odeurs dues à l'élevage de volaille ou d'une porcherie...

 
 

L'utilisation de barbecue ne constitue pas un trouble de voisinage, à condition de ne pas abuser de ce droit.

 
 
 
  • La privation de vue ou d'ensoleillement
 
 

Le fait d'édifier un bâtiment ou de le surélever peut entrainer une perte de vue ou d'ensoleillement pour les propriétés voisines. Cela peut constituer un trouble anormal de voisinage.

 


Que faire contre les troubles du voisinage?

 
 
 
 

Il existe 2  recours possibles contre les troubles de voisinage : le recours amiable et les recours judiciaires.

 
 

Conseils :
- Il est toujours préférable de tenter de régler le trouble à l'amiable
- Dans tous les cas, constituez un dossier, en collectionnant les preuves du trouble, par témoignage, pétition, certificat médical...

 
 
  • Le recours amiable
 
 

La première démarche est de contacter son voisin pour l'informer de la gêne subie, et pour trouver un arrangement. Si le trouble persiste, vous pouvez envoyer une lettre simple ou recommandée à votre voisin.

 

Vous pouvez aussi contacter la police ou la gendarmerie qui constatera le trouble, et ainsi vous apportera un élément de preuve si vous devez aller jusqu'à la procédure judiciaire.

 

La dernière étape dans le recours amiable est la médiation en mairie. 

 
 
  • Les recours judiciaires
 
 

Deux voies sont possibles :

 

- La voie pénale
Si la médiation en mairie est restée sans résultat, un PV d'infraction est établi. Ce PV est alors transmis au procureur dans les 5 jours après la médiation. L'auteur du trouble de voisinage peut être condamné au titre d'une contravention de 3ème classe (maxi 450 €).

 
 

- La voie civile
Le jugement civil permet d'obtenir la cessation du trouble et d'être dédommagé, si le préjudice subi est prouvé. Le juge compétent est fonction du montant du préjudice subi.

 

Si le montant du préjudice est :
-  inférieur à 1 500 €, c'est le juge de proximité qui est compétent
-    entre 1 500 € et 7 600 €, c'est le juge du tribunal d'instance qui est compétent
-     supérieur à 7 600 €, c'est le juge du tribunal de grande instance qui est compétent (nécessité d'être assisté d'un avocat devant le TGI).


Par BudgetFacile le 17/03/2010

Pour aller plus loin dans la gestion de votre budget,

Créez dès maintenant votre livre de comptes gratuit avec Budgetfacile.com et commencez à faire des économies

Mobile porn Watch porn free porn porn free porn Porn Movies HD Sex Porn HD Sex Porn